Sélectionner une page

Les échinodermes en plongée à Marseille Parc National des calanques

Les échinodermes

EchinoOphiur-Ophioderma longicaudum-PlanierTombant-15m-15-05 EchinoOphiur-Astrospartus mediterranea-Gorgonocéphale-Pl (5) EchinoEchini-Sphaerechinus granularis-OursinViolet-Tiboulen- EchinoEchini-Centrostephanus longispinus-OursinDiadème-G (1) EchinoCrinoid-Antedon mediterranea-Comatule-Caveau-10m-06-06 EchinoCrinoid-Antedon mediterranea-Comatule-Pharillons-3 (3) EchinoAstérid-Marthasterias glacialis-EtoileGlaciaire-Pt (2) EchinoAstérid-Hacelia attenuata-MoyadeTerre-30m-16-05-04-vms EchinoAstérid-Marthasterias glacialis-EtoileGlaciaire- C (1) EchinoAstérid-Coscinasterias tenuispina-EtoileBleue-Cave (1)

nombre : environ 6000 espèces décrites, marines exclusivement, elles sont réparties en 5 classes dont 800 oursins, 1500 étoiles de mer, 1100 holothuries, 1900 ophiures et 700 crinoïdes.

description : Boules hérissées de piquants articulés (oursins) ou formes caractéristiques en étoile, les échinodermes sont difficiles à confondre avec des espèces d’un autre groupe sauf quelques holothuries dont la forme de boudin plus ou moins allongé peut dérouter.

En particulier certaines holothuries tropicales et, chez nous, le surprenant lèche-doigts dont le corps est caché dans une faille de rocher. Il lèche régulièrement ses palpes buccaux un par un pour récupérer les particules alimentaires et se confond aisément avec des algues ballottées par la houle.

Symétrie d’ordre cinq avec, pour certaines espèces, une symétrie bilatérale supplémentaire (oursins de sable). Le squelette rigide, recouvert par une peau (échinoderme = ‘peau épineuse’) est constitué de plaques de calcaire jointives.

La rigidité et la liaison des éléments les uns avec les autres est variable suivant les groupes : les oursins ont un test parfaitement rigide, les ophiures sont plus souples et les holothuries n’ont que des spicules éparpillés.

Le système aquifère interne est très caractéristique du groupe avec des petits pieds couplés à des ampoules, souvent terminés par une ventouse (mais jamais par une douchette comme on l’affirmait à l’ADMS-Concarneau !). Ces podia, toujours en mouvement, passent à travers les plaques de calcaire et servent essentiellement à la locomotion. Des muscles tapissent l’intérieur des podia. et des ampoules.

Un examen plus attentif à la base des piquants (avec une loupe) montre la          présence de nombreuses petites pinces articulées

àl’extrémité d’un pédoncule

(genre pince à sucre modèle réduit).

Ces pédicellaires sont utilisés en permanence

pour éliminer les petits épibiontes

indésirables.

écologie: toutes les mers, benthiques, ils vivent plutôt la nuit, cachés le jour dans les anfractuosités rocheuses.

critères de reconnaissance : piquants; formes généralement étoilée ou globuleuses mais certains oursin sont très plats (le ‘dollar’) et certaines étoiles n’ont pas de bras (la culcita) !

danger : Les blessures dues aux piquants à travers la combinaison des plongeurs peuvent mettre un certain temps à cicatriser. Oursins tropicaux (asthenosum) : la piqûre peut être mortelle.

relations trophiques : filtreurs (ophiures – particules capturées par les bras très souples, sans podia visibles), limivores (holothuries – avalent le sable en continu), charognards ou prédateurs (étoiles de mer –dévastation des récifs coralliens par les acanthaster), brouteurs (oursins – lanterne d’Aristote, dents à croissance continue).

L’éventail des modes de nutrition est vaste. Les échinodermes sont très bien protégés par leurs piquants (oursin diadème) mais il n’est pas exclu qu’ils soient mis en pièces par des poissons comme les balistes.

reproduction : sexes séparés; la fécondation est externe, larves pélagiques nageuses très abondantes .

Il n’y a pas de reproduction asexuée chez les échinodermes.

remarque : autotomie, régénération et formes comètes fréquentes. On remarque qu’il existe quelques étoiles de mer sans anus ou avec un anus non fonctionnel

  évolution: Les comatules appartiennent au groupe

le plus récent.